Galien, De Elementis, Traduction

Voici la traduction provisoire à laquelle nous avons abouti lors des séances du séminaire 2014-2015. Traduction établie à partir de l’édition De Lacy (CMG).

Galien : Sur les éléments, selon Hippocrate

Chapitre 1

[413] Puisque l’élément est la plus petite partie de la chose dont il est l’élément, mais que la plus petite partie n’est pas la même chose selon ce qu’elle apparaît à la sensation et selon ce qu’elle est en réalité (car beaucoup de choses échappent à la sensation du fait de leur petitesse), il est manifeste que la sensation ne peut pas être le critère des éléments par nature et en réalité de chaque chose. En tout cas, si tu voulais, après avoir broyé minutieusement en un tout indistinct le vert-de-gris [la rouille], la calamine [minerai de zinc], le litharge d’argent [mélange d’argent et de plomb], et la terre vitriolique et en avoir fait une fine poudre, tenter de les distinguer par la sensation, toutes ces choses te sembleraient n’en faire qu’une. Et même si tu ne te contentais pas seulement de quatre ingrédients [414], mais que tu en mélangeais beaucoup plus les uns aux autres par le même procédé, là encore, tous te sembleraient former une totalité une, bien qu’en réalité, ils ne soient pas un. C’est la raison pour laquelle Hippocrate aussi, quand il examina les éléments de la nature humaine, méprisa ceux qui apparaissent les plus simples et premiers à la sensation, et chercha ceux qui le sont vraiment et par nature. Et de fait, on ne fait pas moins usage de ces éléments pour la guérison que de ceux qui apparaissent à la sensation, comme cela a été montré en d’autres endroits. Et on pourrait concéder à ces choses sensibles qu’elles apparaissent comme des éléments, mais non pas qu’elles en sont. Car ce n’est pas la partie qui apparaît la partie la plus simple et première, mais celle qui est telle qu’elle l’est par nature qui est réellement l’élément. Parce que si la partie qui apparaît la plus petite et première, en tant qu’elle existe pour chacun, nous disons qu’elle est cet élément par nature, les éléments apparaîtront différents pour les aigles et pour Lyncée d’une part, ou pour un autre homme ou un animal irrationnel qui aurait la vue très perçante, et différentes d’autre part à chacun d’entre nous. Cependant, non, mais cherchons les premiers et les plus simples par nature [415], ceux qui ne peuvent pas être encore divisés en d’autres choses, si nous devons acquérir une science précise de la nature de l’homme ou de n’importe quel autre être.

Chapitre 2

Quelle est donc la méthode pour découvrir ces éléments ? C’est, me semble-t-il, celle-là même qu’Hippocrate a introduite. Il faut distinguer premièrement s’il y a un seul type d’élément ou plusieurs éléments variés et différents, deuxièmement, s’il y a plusieurs éléments variés et différents, combien ils sont, lesquels, de quelle forme et comment ils se rattachent à la communauté des uns avec les autres.

Qu’il n’y ait pas un seul élément premier, à partir duquel notre corps et tous les autres corps existent, Hippocrate le montre à partir des considérations suivantes: car il me semble qu’il est mieux de l’expliquer après avoir rapporté ses propos eux-mêmes : « mais je l’affirme, si l’homme était un, il ne souffrirait jamais : car il n’y aurait jamais quelque chose par lequel il pourrait souffrir, s’il était un ». Il me semble qu’il a énoncé et avec la plus grande concision, le cœur de sa démonstration de manière excellente [416], sur l’impossibilité qu’il y ait un élément unique tant pour ce qui est de la forme que de la puissance. Il est absolument manifeste que soutenir que l’être est un par le nombre est le comble de l’absurde et vient vraiment d’un homme qui n’a pris en considération aucune des évidences. Mais, on pourrait soutenir que tout est un par la forme et par la puissance, comme les disciples d’Épicure et de Démocrite le font pour les atomes. Et appartiennent au même chœur aussi ceux qui posent comme éléments que les éléments sont comme les plus petits, sans jointure et sans partie. Contre toutes les gens de cette sorte, Hippocrate a une réplique commune en faisant la démonstration que l’élément n’est pas un par la forme et par la puissance, et il ne fait même pas mention de ceux qui disent que l’être est un par le nombre, les tenant pour des fous complets.

Voyons donc, s’il a raisonné correctement et a répondu comme il faut à ceux qui soutiennent que l’élément est un par nature [417], qu’ils parlent d’atome, d’absence de jointure, de ce qui est le plus petit ou de ce qui est absolument sans parties. Car il n’est pas nécessaire de saisir en outre la différence qu’il y a entre eux dans le détail, si nous détruisons ce qui est général et commun à toutes leurs écoles. Car il est admis par tous que le premier élément est dépourvu de qualité : il n’a de manière intrinsèque ni blancheur, ni noirceur, ni de manière générale aucune couleur quelconque, ni saveur sucrée, ni amertume, ni chaleur, ni froideur, ni en général aucune autre qualité quelconque. « Car c’est par convention qu’est la couleur, par convention le sucré, par convention l’amer, mais c’est en réalité que sont les atomes et le vide », dit Démocrite, estimant que proviennent de la rencontre des atomes toutes les qualités sensibles qui sont sensibles relativement à nous qui les percevons, mais que par nature rien n’est ni blanc, ni noir, ni jaune, ni rouge, ni amer, ni sucré. Car « par convention » veut dire la même chose que, par exemple : conventionnellement et relativement à nous, et non selon la nature même des choses. Mais cela au contraire, il le nomme « en réalité », en forgeant ce terme à partir de « réel », [418] qui signifie « vrai ». Et le sens complet de son argument pourrait bien être à peu près le suivant : chez les hommes, on juge que quelque chose est blanc, noir, sucré, amer et toutes les autres choses de ce genre, mais qu’en vérité, tout est un et rien. De fait, cela aussi il l’a dit lui-même lorsqu’il appelle « un » les atomes, et « rien » le vide. Tous les atomes, donc, puisqu’ils sont de petits corps, sont dépourvus de qualité ; quant au vide, c’est une sorte d’espace, dans lequel tous ces corps transportés [en haut et] en bas de toute éternité ou bien s’imbriquent en quelque sorte les uns avec les autres, ou bien entrent en collision et rebondissent, et ils se séparent et s’assemblent à nouveau les uns aux autres selon ce genre de rencontres et, par là, ils produisent tous les assemblages, et notamment nos corps, leurs affections et les sensations. Mais ils soutiennent que les premiers corps sont dépourvus d’affections, certains d’entre eux en disant qu’ils sont indestructibles du fait de leur dureté, comme le font les disciples d’Épicure, d’autres qu’ils sont indivisibles du fait de leur petitesse, comme le disent [419] les disciples de Diodore et de Leucippe, mais qu’ils ne peuvent subir aucunement ces altérations, dont tous les hommes sont convaincus qu’elles existent, à cause de l’enseignement de leurs sensations : par exemple ils disent qu’aucun de ces corps n’est réchauffé, ni refroidi, ni, de la même manière, asséché, ou humidifié, et qu’encore bien moins il n’est noirci ni blanchi, ni en général soumis à aucun autre changement selon la qualité. Hippocrate donc aura raison de leur dire en réponse que l’homme ne souffrirait jamais, si sa nature était de ce genre ; en effet, sans doute faut-il par nécessité que ce qui doit souffrir ait ces deux propriétés : qu’il soit susceptible d’être altéré et capable d’avoir des sensations. Car 1) s’il ne subit jamais aucune altération, il gardera toujours la constitution qu’il avait au début. Or souffrir n’est pas garder son état. Mais 2) si toutefois il change, à la manière des pierres et des morceaux de bois qui sont réchauffés, refroidis et divisés, mais qu’il n’a par nature aucune sensation [420], il ne sentira pas la disposition qui lui advient, comme c’est le cas pour les pierres. Mais en fait, leurs éléments sont dépourvus de ces deux propriétés, puisqu’aucun atome n’est par nature susceptible d’être altéré ou de sentir. Si donc nous étions faits d’atomes, ou de quelque autre nature uniforme de ce genre, nous ne souffririons pas ; or nous souffrons ; il est évident que nous ne sommes pas faits d’une substance simple et uniforme.

[420] Ces points principaux de l’argument, qui sont évidents pour qui s’est entraîné à l’étude de la logique, remplissent ainsi en un sens le but que nous nous sommes proposés. Mais puisque, outre leur absence d’entraînement au raisonnement, ceux qui introduisent de tels éléments sont par ailleurs chicaneurs (c’est qu’ils estiment que c’est un mal suprême que d’être changé pour le meilleur), il faut tenter de leur expliciter cet argument général en recourant à des exemples particuliers.

Si en effet l’on pique la peau <d’un animal> avec l’aiguille la plus fine, l’animal éprouvera certainement de la douleur et l’aiguille touchera ou bien un atome, ou bien deux, ou bien davantage. Supposons donc en premier lieu [421] qu’elle <en> atteigne un. Mais chaque atome, on l’a dit, est invulnérable et insensible. Par conséquent, il ne sera aucunement affecté par l’aiguille et, quand bien même il aurait été affecté, il n’aurait pas senti non plus l’affection. Dès lors, en effet, que c’est en vertu de ces deux propriétés que se produit la douleur – à savoir le fait que soit affecté ce qui peut l’être  et le fait de sentir les affections – et que les atomes ne possèdent aucune de ces propriétés, alors l’animal n’éprouvera aucune douleur lorsque l’aiguille atteindra un atome. Admettons maintenant qu’elle atteigne, non pas un, mais deux atomes. Évidemment, ce qui a été dit à l’instant pour un atome, il va être possible de le dire maintenant pour deux. Si en effet aucun des deux n’était piqué par l’aiguille ou si, quand bien même ils auraient été piqués, aucun n’était de nature à sentir la piqure, l’individu piqué n’éprouvera à la fois ni sensation ni souffrance. De même en effet que rien de plus <ne parvient à la sensation> si l’aiguille rencontre deux os, deux cartilages ou deux cheveux ou une autre partie insensible (deux cheveux sont aussi insensibles qu’un seul), de la même manière, à mon sens, [422] si l’aiguille touchait deux atomes, rien de plus ne parviendrait pas non plus à la sensation, si aucun atome n’est susceptible de sentir. Du reste, même si elle touchait 3 ou 4 atomes, en vertu du même argument, comme pour les cailloux, les pierres et les cheveux, ici aussi rien de plus ne donnerait naissance à une affection ou à une sensation. En effet, rien de ce qui est composé de <parties> impassibles ou insensibles ne devient susceptible de sentir ou d’être affecté. Il serait en effet surprenant qu’alors qu’aucune partie d’un tout n’est affectée ni n’a de sensations, le tout ait des sensations et soit affecté.

Il y a en fait deux instruments pour découvrir de tels énoncés : l’expérience et la raison ; néanmoins, on ne découvrira jamais, en vertu de l’une ou l’autre, qu’une chose composée de <parties> qui sont à la fois dépourvues de sensation et ne peuvent être affectées, soit susceptible de sentir et d’être affectée. Bien au contraire si, après avoir rassemblé plusieurs diamants ou quoi que tu veuilles parmi les choses les plus inaccessibles aux affections , tu tentes de les abîmer, ce qui en est composé ne sera jamais abîmé ni n’aura de sensation. [423] D’une part, rien de tel n’a jamais été découvert, de tout temps, par l’expérience ; d’autre part, on a dit peu avant que la raison ne l’admet pas non plus. Comment ne serait-il pas surprenant que, par exemple, quand la chair éprouve une douleur suite à une piqure, aucune de ses plus petites parties n’éprouve de douleur, ni ne soit piquée ? Quel raisonnement admet cela ? Quant à moi, en effet, j’affirme que même si tous les atomes étaient naturellement dotés de sensation, mais qu’ils étaient invulnérables et complètement impassibles, étant donné qu’ils forment la chair du seul fait de leur entrecroisement, là encore, rien de plus ne se produirait lors de la pénétration de l’aiguille. De même en effet que si tu entrecroises deux doigts, qui sont pourtant sensibles, les décroiser et les dénouer n’entraîne aucune douleur, de la même manière, à mon sens, si l’aiguille éloigne les atomes les uns des autres et les dénoue mais qu’elle n’en pique aucun, l’animal n’éprouvera aucune douleur.

Ou alors qu’ils montrent qu’en croisant et en décroisant [424] n’importe quels corps sensibles une douleur s’ensuit. Mais ils ne peuvent le montrer dans le cas des phénomènes ; et, par un examen rationnel, il apparaît que c’est plus impossible que tout. Assurément, même si, en concédant la sensation aux atomes, nous découvrons par un examen à la fois rationnel et empirique que leur séparation est indolore, alors si en plus on va jusqu’à leur refuser la sensation, pourront-ils éprouver de la douleur ? Éprouver de la douleur, comme on l’a déjà dit auparavant, requiert nécessairement la réunion de ces deux conditions : une altération et, simultanément, une sensation. Or les atomes n’ont aucune des deux. Donc, nécessairement, même si tu supposes qu’ils ont l’une des deux, ils resteront encore inaccessibles à la douleur. De fait, si, bien qu’impassibles, tu leur accordes d’être sensibles, ils ne souffriront pas parce qu’ils ne seront même pas affectés, et si tu accordes qu’ils subissent une affection mais qu’ils sont insensibles, ils ne souffriront pas parce qu’ils n’auront même pas de sensation. Comme on l’a dit, pour éprouver de la douleur, il faut en effet à la fois subir une affection et sentir cette affection.

Il n’est donc pas admissible que l’être qui est capable de sentir soit fait d’éléments à la fois impassibles et insensibles, [425] ni assurément non plus d’éléments à la fois impassibles, mais doués de sensation. En effet, cet être non plus ne souffrira jamais, parce qu’il ne sera pas affecté, car, en puissance, il sera capable de sentir, mais en acte il n’aura jamais de sensation, de même aussi que notre corps, bien qu’il soit manifestement capable de sentir, n’a toutefois pas de sensation avant d’être affecté par quelque chose. Il résulte clairement de cet argument que la doctrine de ceux qui introduisent les homéomères est aussi réfutée. De fait, si certains de leurs éléments sont capables de sentir, mais totalement impassibles, comment donc l’être capable de sentir aura-t-il des sensations, s’il est toujours étranger aux affections ?

Il reste donc que le corps qui est capable de sentir doit être fait soit d’éléments doués à la fois de sensations et d’affections, soit d’éléments doués d’affections, mais insensibles. Laquelle de ces deux hypothèses est vraie, nous le verrons plus loin. En revanche, qu’il ne soit jamais possible qu’un corps doué de sensation naisse à partir d’éléments à la fois insensibles et impassibles, ni à partir d’éléments doués de sensation, mais impassibles, [426] on l’a clairement montré. Mais ce qui est commun à ces deux options, c’est de composer <le corps> d’éléments impassibles.

Donc l’élément n’est pas un en espèce, s’il n’est pas non plus impassible. Or, que celui qui est un soit impassible, la démonstration en est rapide, car il n’y a rien en quoi l’élément un changera, ni par quoi il sera affecté. De fait, s’il change, c’est en quelque chose d’autre qu’il changera et, s’il est affecté, c’est parce quelque chose d’autre qu’il sera affecté. Comment donc conservera-t-il encore son unité ? Hippocrate a donc conclu à juste titre que l’élément n’est pas un, s’il doit y avoir un être qui souffre. « Car, dit-il, s’il était un, il n’y aurait rien par quoi il pourrait souffrir » Il en résulte qu’il y a, dans tous les cas, plus d’un élément.

Chapitre 3

Mais quel en est le nombre total, c’est encore obscur. Voilà donc ce qu’il faut chercher ensuite. Cependant, peut-être vaudrait-il mieux qu’on discute au préalable des deux options restantes (que j’ai rappelées un peu plus haut), qui ont [427] en commun de composer tout corps qui est de nature à souffrir à partir des éléments premiers conçus comme altérables.

En effet, on découvre par division qu’il y a en tout quatre positions : la première selon laquelle les êtres sont faits d’éléments à la fois insensibles et impassibles, la deuxième selon laquelle ils sont faits d’éléments capables de sentir, mais impassibles, avec pour point commun aux deux positions, on l’a dit, le fait de provenir d’éléments impassibles ; et, après avoir montré que c’était impossible, nous nous sommes détournés de l’une et l’autre positions. Mais il en reste deux : l’une qui compose le corps doué de sensation à partir d’éléments premiers à la fois capables de sentir et doués d’affection, la seconde, à partir d’éléments insensibles, mais doués d’affection. En effet, est commun à ces deux positions le fait qu’elles composent le corps à partir d’éléments doués d’affection. Voyons donc si dans ce cas également l’une des options se trouve être impossible, ou bien si elles ont en commun le caractère possible, et s’il reste à chercher laquelle des deux n’est pas seulement possible, mais aussi effectivement vraie. Or on trouvera, si l’on y fait attention, que l’une et l’autre sont possibles. Car – si l’on veut bien contrôler [428] les parties, et les examiner par la raison – toutes les parties des corps sensibles sont à la fois capables de sentir et douées d’affection, comme nous l’avons dit à l’instant à propos de la chair (cf. notamment p. 66 lignes 5 sqq.). Mais – si au contraire on examine les éléments premiers – il est possible que, les éléments étant des substrats insensibles, mais capables par ailleurs d’agir et de subir les uns envers les autres de façons diverses, le corps capable de sensation naisse à un certain moment de nombreuses altérations partielles. Car, dans toute composition de plusieurs éléments, si ceux-ci sont conservés de bout en bout tels qu’ils sont en tant qu’ils composent, la composition n’acquerra en plus aucune nouvelle qualité extérieure, que les éléments de composition ne possédaient pas (possèderaient pas ?). Mais si les éléments de composition se trouvent modifiés, changés et altérés de diverses façons, il se peut que le composé acquière quelque chose de différent en genre, que ses éléments ne possédaient pas.

Mais peut-être notre propos aura-t-il besoin d’un exemple, pour la clarté. Ce que je dis, c’est qu’une maison faite de briques, de pierres, de bois et de tuiles [429] n’acquerra rien qui soit différent en genre, à moins que cela n’appartienne à ses constituants. La dureté, c’est certain, chacun d’eux la possédait, de même que le poids, la forme, la couleur et la grandeur, toutes choses qui appartiennent aussi à l’objet fini. La dureté, pour commencer, la couleur et le poids sont rigoureusement les mêmes que ceux des constituants. En effet, il n’est pas vrai que ceux-ci soient durs, alors que la maison serait molle, ou qu’ils soient lourds, alors qu’elle serait légère, ou qu’ils soient rouges, alors qu’elle serait noire. Pour ce qui est de la forme et de la grandeur, en revanche, la maison les possède elle aussi, du fait que ses composants la possédaient, mais ni la grandeur, ni la forme, ne sont rigoureusement la même chose dans les composants, en comparaison de l’ensemble. Cependant, ce que nous cherchons maintenant, ce n’est pas si la maison est plus grande que les briques, ou si elle est allongée, alors que les briques sont carrées ; non, c’est si ce qui implique qu’elle ait part à la forme et à la grandeur, c’est qu’il en aille de même pour ses constituants. Car à la vérité, qui ignore que la droite diagonale [430] partage la surface du carré en deux triangles et que la réunion de ces deux triangles produit un carré ? Mais le triangle, comme le carré, sont des figures. De même, deux demi-cercles mis ensemble forment un cercle complet, de sorte que nous admettrons qu’un élément différent est produit par la réunion d’autres éléments – mais il n’est pas différent en genre. Et de fait, les figures sont productrices de figures et les grandeurs moindres produisent des grandeurs plus importantes, mais les grandeurs n’engendrent pas de figures, ni les figures des grandeurs, de sorte qu’il est impossible que naisse, d’éléments qui ne changent pas de qualités, un élément quelconque de genre différent, alors que c’est possible s’il s’agit d’éléments qui changent de qualités. Car il se peut qu’à travers de nombreux changements intermédiaires, ce qui était noir jusque-là devienne blanc, que ce qui était jusque-là blanc devienne à son tour noir et que ce qui est maintenant insensible devienne à son tour sensible. Et de fait, les figures sont productrices de figures et les grandeurs moindres produisent des grandeurs plus importantes, mais les figures n’engendrent pas de grandeurs, ni les grandeurs des figures, de sorte que si les éléments ne changent pas de qualités, il est impossible qu’un élément de genre différent en provienne, alors que c’est possible s’il [provient] d’éléments qui changent de qualités. Car il se peut que, à travers de nombreux changements intermédiaires, ce qui était noir jusque-là devienne blanc à son tour, que ce qui était jusque-là blanc devienne à son tour noir et que ce qui est maintenant insensible devienne à son tour doté de sensation.

Par conséquent, ceux qui pensent que, à partir du feu, de l’eau, de l’air et de la terre une fois qu’ils se modifient, se mêlent intimement et s’altèrent totalement, est engendré, parmi les corps qu’ils composent [431], un corps sensible, ceux-là disent des choses possibles, tandis que ceux <qui pensent qu’un tel corps provient> d’éléments qui restent exactement tels qu’ils sont et qui se mélangent entre eux seulement comme dans un tas de blé, de pois chiches et de fèves tentent l’impossible. Dans l’ensemble en effet, il n’y aucune différence entre dire que le feu ou l’eau ou l’air ou la terre mis ensemble produisent un corps doté de sensation et dire, comme ceux qui les ont précédés, que ce sont les atomes <qui le produisent>. Et de fait, tant que les éléments restent impassibles, pas un seul corps doté de sensation ne peut être produit à partir de la réunion de nombreux corps insensibles. Il a été démontré que rien de ce qui est de genre différent ne peut s’ajouter aux choses qui sont produites par composition. Et la sensation précisément est d’un genre complètement différent de la figure, du poids et de la dureté, lesquelles appartiennent aux atomes, de même que, encore une fois, <qu’elle diffère> aussi des autres propriétés qui appartiennent au feu, à la terre, à l’air et à l’eau. Car le genre de la sensation est autre, bien différent de celui des couleurs, des goûts, des vapeurs et, pour parler simplement, de toutes les propriétés des corps, de sorte qu’il n’est pas possible que le corps doté de sensation provienne soit d’atomes, soit du feu, de la terre, de l’eau et de l’air [432] s’ils restent sans changement et tels qu’ils sont exactement selon leur propre nature. Donc, pour être doué de sensation, il est nécessaire d’être composé soit d’éléments premiers dotés de sensation, soit d’éléments insensibles mais de nature à changer et à être altérés.

Ces remarques montrent donc qu’il y a assurément plus d’un élément et que les éléments sont susceptibles d’être affectés. Mais cela ne montre pas s’ils sont composés des premiers éléments tous dotés de sensation ou insensibles. Car j’affirme que les deux sont possibles. Or certains sont assurément insensibles, cela est évident du fait que parmi les composés il y en a aussi qui le sont. Mais puisque cela a suffisamment été démontré pour ceux du moins qui ont appris à suivre quelque peu une démonstration, il serait mieux de discuter par la suite ce que nous avons souvent et dans de nombreux passages souligné dans les écrits d’Hippocrate, à savoir qu’ayant mentionné un seul point, parmi d’autres semblables, il nous laisse ajouter à l’argument les autres qui ont le même sens que celui-là. Et de fait, il me semble que c’est ce qu’il a fait ici : de son côté, il a montré à partir d’un seul cas manifeste / fait que cette doctrine est impossible, en nous laissant à nous le soin de produire différentes démonstrations à partir de cas manifestes qui ont le même sens que celui-là. En effet, l’un de ces faits, c’est que nous souffrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *